Une étude ethnologique inédite sur les représentations entre travailleurs sociaux et entrepreneurs sociaux

Confiée à Anne-Céline Leh, ethnologue par La Compagnie Générale des Autres, cette étude vise à mieux comprendre les représentations réciproques des entrepreneurs et travailleurs sociaux

Financée par la Fondation du Crédit Coopératif dans le cadre d’un programme d’action porté par la Compagnie Générale des Autres avec un consortium d’acteurs intéressés  par la démarche, les résultats de cette étude inédite permettent de mieux comprendre les dynamiques à l’œuvre au sein de l’écosystème de la solidarité. 

L’étude confirme de façon claire ce que nous avions identifié intuitivement: La méconnaissance existe bel et bien entre ces acteurs. Mais l’étude montre aussi que la méconnaissance prévaut au sein de chaque catégorie.  Finalement les frontières entre chacune d’elles apparaissent plus floues et poreuses. Si l’on considère que le fondement du travail en commun réside dans la connaissance mutuelle, ces méconnaissances constituent évidemment  un frein à la rencontre. 

Elles sont notamment causées par les transformations du secteur (baisse des subventions publiques, augmentation des besoins sociaux, nouveaux modes de financements et d’organisation du travail…), mais aussi par les hiérarchies sociales qui existent dans les métiers de la solidarité. Dès lors, la collaboration entre travailleurs sociaux et entrepreneurs sociaux relève davantage du “passage de relais” (ex: un travailleur social oriente une personne en fragilité vers une entreprise d’insertion) que d’un vrai travail concerté, en réseau. 

Si les entrepreneurs sociaux sont perçus comme appartenant à la catégorie médiatique et valorisée des métiers à impact, les travailleurs sociaux appartiennent, eux, à la catégorie des métiers essentiels : ils sont peu valorisés socialement, tout en étant indispensables au fonctionnement de la société. Ces hiérarchies influencent la manière dont on envisage le rapport à l’autre et peuvent devenir des obstacles à la coopération. La valeur de l’autre et de la collaboration est pourtant perçue de toute part par les enquêtés.

L’enquête a également permis de cartographier les lieux de rencontres entre ces deux catégories, qui se situent dans la formation et dans l’espace professionnel. Nous souhaitons nous servir de ces résultats comme ressources pour imaginer des modes de multiplication de ces rencontres. Plusieurs Grandes Rencontres sont envisagées en France sur l’année (lien article). N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations ou si la démarche vous intéresse. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin