Servir une bière peut-il être un acte politique ? 

Nous partons pour le 18 eme arrondissement de Paris, dans le quartier Amiraux-Simplon, non loin du métro Marcadet-poissonniers. Un quartier classé politique de la ville, donc sensible.

Ici, une poignée de bénévoles déçus de la politique politicienne, ont souhaité ouvrir le bar commun. Il s’agit d’un bar dont les règles d’usage appartiennent à ses adhérents; d’un espace où l’on s’engueule poliment, où l’on danse, où l’on sert la bière commune et des cafés suspendus. Un lieu d’accueil aussi de migrants et réfugiés. Et tout ceci, bénévolement.

Nous échangeons avec Johanna, co-fondatrice. Elle démontre avec émotion, combien la convivialité permet d’articuler des idéaux humanistes et la pratique. Combien il est aussi difficile d’atteindre ses objectifs malgré toute la bonne volonté qu’on peut y mettre.

Ensemble nous explorons également la notion de bien commun et ce qu’elle peut bien signifier dans un bar.

Alors trouvez un tabouret, accoudez-vous, enfoncez-vous dans un fauteuil, on va vous servir un petit peu de convivialité engagée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin